4ème journée nationale contre le sexisme

Publié le 15 janvier 2021

Rendez-vous le lundi 25 janvier 2021
Cette journée se déroulera en visio-conférence par Zoom et Facebook live « Ensemble contre le sexisme » entre 15h et 17h30, en partenariat avec le magazine Femmes Ici et Ailleurs.

Sensibiliser la société et ouvrir les consciences

Le sexisme est un mal protéiforme qui s’immisce partout dans la société et creuse les inégalités et les violences subies par les femmes aussi bien dans le domaine privé que professionnel et institutionnel. Ils génèrent des violences tant physiques, psychologiques qu’économiques. En ce XXIe siècle qui se veut toujours plus vertueux, les mentalités évoluent encore trop lentement en faveur de l’égalité femmes-hommes.

Le collectif Ensemble Contre le Sexisme réfléchit à ces problématiques par un travail en profondeur. Chaque année, depuis 4 ans, une thématique est développée et présentée d’un point de vue historique, sociétal et sociologique à travers des témoignages. Ce regard exhaustif permet des avancées grâce à des propositions concrètes d’actions fédératrices pour lutter contre le sexisme et une demande récurrente de la mise en place d’une journée nationale contre le sexisme le 25 janvier chaque année.

THEME 2021 : Parlons d’argent, les violences économiques envers
les femmes, un phénomène mal connu.

Si le terme de « violences économiques » désigne principalement le système d’emprise et de domination de l’homme dans la sphère privée, c’est-à-dire au sein du foyer en matière économique, privant les femmes de toute autonomie financière, le collectif a également souhaité élargir à deux autres sphères, professionnelle et institutionnelle, prenant comme fil conducteur le sexisme.

Des groupes de travail réunissant les associations expertes dans chaque domaine se sont constitués pour analyser l’impact de ces violences économiques dans chaque sphère : privée, professionnelle et institutionnelle en vue de formuler des propositions qui seront soumises le 25 janvier à Elisabeth Moreno, Ministre chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances, soutien de cette journée à laquelle elle participera.

Sexisme et violences économiques dans la sphère privée

La violence économique privée est mal connue et insidieuse. Elle existe dans tous les milieux
sociaux et toutes les situations (femmes en situation de handicap en particulier).
On note également que les situations légales : pacs, mariage, séparation, héritage ne sont généralement pas favorables aux femmes.
Cette violence économique implique une paupérisation des femmes par rapport aux hommes lors des événements de la vie : maternité, séparation, monoparentalité, veuvage, retraite, etc…
Elle est particulièrement liée à la conjugalité et alerter les femmes sur leur besoin essentiel d’autonomie économique serait indispensable.
Parmi les propositions :

  • révision de la fiscalité,
  • aménagement des temps de vie,
  • information et sensibilisation à la gestion de l’argent dès l’école, dans le cadre de l’enseignement moral et civique…

Sexisme et violences économiques dans la sphère professionnelle

Au-delà de la question de l’impact de la crise sur les femmes en situation économique précaire et le renforcement des inégalités femmes/hommes avec les risques liées au télétravail, trois axes sont travaillés :

  • l’importance du collectif et des réseaux professionnels ;
  • la mixité des métiers et
  • l’accès au financement

Les réseaux répondent au besoin de rompre l’isolement, particulièrement sensible avec la crise sanitaire qui renforce les assignations sexistes des métiers, excluant les femmes des nouveaux emplois plus rémunérateurs et à fort potentiel. De plus, la proportion massive de femmes en temps partiel creuse les inégalités. Tout ceci conduit à une moindre rémunération des emplois des femmes par rapport à ceux des hommes avec des conséquences tout au long de la vie, retraite incluse.

Parmi les propositions :

  • faciliter l’extension des réseaux hors des grandes entreprises,
    notamment auprès des femmes non cadres, les milieux professionnels d’indépendantes et de petites structures) sur tous les territoires,
  • agir contre les stéréotypes,
  • encourager l’éducation et l’orientation des jeunes filles vers les filières scientifiques et techniques …

Sexisme et violences économiques dans la sphère institutionnelle

Le sujet sera abordé sous l’angle de l’éga-conditionnalité avec comme fil rouge l’invisibilité dans la gouvernance, la confiscation du pouvoir amplifiée lors de la crise du Covid 19.
Il faut noter que la pandémie a impacté spécifiquement et négativement les femmes, avec des effets immédiats et à plus long terme sur l’égalité de genre. Dans le monde, 47 millions de femmes et de filles supplémentaires seront ramenées au-dessous du seuil de pauvreté mettant à mal des décennies de progrès vers l’éradication de l’extrême pauvreté.
Parmi les propositions :

  • reconnaître et chiffrer l’incidence et l’impact de la violence sexiste,
  • les mécanismes de protection sociale et les plans de relance économique doivent servir à
    réduire les inégalités femmes-hommes/filles-garçons,
  • accélérer l’accès des femmes à la gouvernance,
  • réaffirmer l’extension de l’égalité professionnelle,
  • développer l’économie du futur,
  • contrôler la mise en place de ces mesures…
Ensemble contre le sexisme

Infos pratiques :

Invitation

Formulaire d’inscription

Conférence diffusée en direct sur Facebook Live

Les débats seront entièrement accessibles aux personnes déficientes auditives par sous-titrage en direct (vélotypie)

Contact

Écoute violence femmes handicapées

Tél : 01 40 47 06 06
Appel anonyme non surtaxé

JOIGNABLE LE :
LUNDI DE 10H À 13H ET DE 14H30 À 17H30
JEUDI DE 10H À 13H

LES FEMMES DÉFICIENTES AUDITIVES PEUVENT NOUS CONTACTER PAR COURRIEL : ecoute@fdfa.fr






    Plan du site
    Haut de page